Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de xl44

Articles avec #moto tag

Le roadster de Suzuki: le Bandit 400

25 Octobre 2010 , Rédigé par Xavier Lolliot Publié dans #Moto

C’est sur le marché asiatique en 1989, que le premier Suzuki Bandit 400 voit le jour. Il faudra ensuite attendre 1991 pour voir débarquer en France ce roadster de 4 cylindres qui développe une puissance de 54 ch.

Cette moto légère 165 kg à des performances intéressantes pour l’époque. Sans être une bête de compétition, le moteur du Bandit Suzuki qui était un dérivé du GSX-R 400, n’était pas le dernier de la classe avec des petites performances intéressantes avec des bonnes accélérations telles que : 0 à 100 km/h 4"6, 0 à 200 m DA 8"3 132 km/h ou de 0 à 400 m DA 13"3 153 km/h. Même en 6e, les reprises étaient correctes comme de 60 à 90 km/h 5"02, et de 90 à 130 km/h 7"02, pour une consommation qui oscille entre 5,5 et 7,4 l/100 kms, ce qui permet de faire une balade de 190 km.

Sa production s’arrêtera en 1995 avec l’arrivée des motos Bandit 600 et la Bandit 1 200.

Un confort précaire

Toutefois avec une assise très basse, cette moto reste compacte est légère avec un point faible son manque de rangement sous la selle.

Au niveau de la conduite la ville est à privilégiée ou des petits parcours sur des routes convenables. Par contre sur grande route ou autoroute il vaut mieux prévoir des pauses régulières car le confort reste précaire et il est bien difficile de maintenir une allure soutenue. Les dépassements doivent être anticipés car en dessous de 4 000 tr/min l’accélération reste molle, il faut atteindre les 5 500/6 000 tr/min pour que le moteur donne toute sa puissance.

Fiche technique de la Bandit 400

  • Le moteur est de type 4 cylindres 4 temps DATC, TSCC à 4 soupapes par cylindre - refroidi par eau - d'une cylindrée de 398 cm3. Sa puissance est de 54 ch à 10600 tr/min soit de 5 CV - La Partie cycle est constituée d'un cadre Treillis tubulaire en acier avec le moteur suspendu. - Elle est d'une longueur de 2090 mm, d'une largeur de 730 mm pour une hauteur 1060 mm et d'un empattement de 1430 mm. sa garde au sol est 155 mm, avec une hauteur de selle de 790 mm. - La moto pèse à sec 165 kg - Ses suspensions sont à l'avant d'une fourche télescopique tubes de diamètre 41 mm. - A l'arrière c'est une suspension New-Link àdébattement de 120 mm - Les Freins : à l'avant avec un simple disque de diamètre 310 mm avec un étrier double pistons. - Pour l'arrière c'est un à disque également à étrier double pistons de diamètre de 250 mm. - Les roues sont en alliage à 3 branches de 17 pouces avec à l'avant des dimensions de 110/70-17 54H et à l'arrière 150/70-17 69H. - Son réservoir à une capacité de 16 litres avec 3.2 l de réserve. - Sont prix à la sortie était de 34 000 F soit environ 5 000 €.

Les plus

  • Sa légéreté pour la ville, - Sa maniabilité, - C'est une moto compacte.

Les moins

  • Son confort précaire sur grande route, - Son prix, - Le manque de reprise en-dessous de 4 000 trs/mn.

Mon avis

C'est une moto parfaite pour des déplacements courts ou en ville. Agréable à conduire pour les jeunes conducteurs. Difficile à trouver en occasion pour une moto vieillissante.

Lire la suite

La gamme sportive de Triumph: Daytona

18 Octobre 2010 , Rédigé par Xavier Lolliot Publié dans #Moto

Triumph a su faire de ses versions Daytona, la moto sportive par excellence. Si certains modèles n’ont pas connu les succès commerciaux escomptés, les ingénieurs de la firme n’ont jamais baissé les bras. Avec la version 675 2009, ce bijou est redevenu la référence pour cette catégorie, bien loin devant les concurrentes asiatiques. Quitte à rouler en moto, pourquoi ne pas le faire avec un modèle Européen.

La marque Triumph existe depuis 1886. Elle a été créée par l’Allemand Siegfried Bettman qui avait immigré en 1883 en Angleterre. En 1885, ce dernier ouvre un commerce d’exportation de bicyclettes à destination de son pays d’origine. Il réalise que son nom, sous lequel il distribue ses bicyclettes, pourrait être un frein à leur diffusion. Il cherche donc un nom qui sonne aussi bien au Royaume-Uni, France et Allemagne - dont il parle couramment les langues.

Des débuts timides

C’est ainsi que naît la marque Triumph. Il fait connaissance de Mauritz Schulte, technicien originaire comme lui de Nuremberg et Ils s’installent alors dans la région la plus industrialisée du Royaume-Uni : Coventry, pour créer les premières motos en 1902, après avoir ajouté sur leurs cycles un moteur Minerva. La première véritable moto Triumph est sortie.

La société connaitra des hauts et des bas, mais elle restera toujours présente sur le marché. La première Daytona verra le jour en 1965. La 500 sera commercialisé jusqu’à la fin des années 70. Elle sera remplacée par la T100R jusqu’en 1974. Ce n’était pas encore la moto de course, mais une bonne routière de 39 cv pour l’époque.

L'évolution de la Daytona

La série Daytona va être déclinée en plusieurs versions avec la 600 qui fut un passage furtif d’une année puis ce fut au tour de la Triumph 650 de prendre de l’essor en 2004. Entre-temps la 750 Daytona sort des usines et devient la première sportive depuis la renaissance de Triumph. En 1992, elle inaugure le trois cylindres en ligne de 749 cm³. Elle aussi fera une courte apparition Elle reste seulement un an au catalogue, remplacée par la 900 Daytona.

En 1993, pour remplacer la 750, la 900 Daytona utilise le trois cylindres qu’elle reprend de la 900 Trident. Elle connaîtra un an plus tard une évolution encore plus sportive la Super III. Le moteur a été retravaillé en partenariat avec Cosworth. La puissance passe à 117 chevaux. Elle sera arrêtée en 1996.

La T595, le fiasco

Il existera par la suite la T595 (changement qui s’est avéré nécessaire puisque les client pensaient avoir à faire à une motorisation de 595 cm3. Elle deviendra la Daytona 955i, modèle 1999, puis la Daytona 955i, modèle 2000 avant une nouvelle version la Daytona 955i, modèle 2002. C’est également en 1993 que La 1200 Daytona apparaît en mettant à la retraite la 1 000. Elle en reprend le moteur à quatre cylindres en ligne.

La Daytona 1000 apparaît en même temps que la 750 cm³. Le moteur possède un cylindre supplémentaire, lui permettant d’atteindre les 120 chevaux, pour presque 240 km/h de vitesse de pointe. Cette moto fut boudée par les utilisateurs qui préféraient, la 900, plus sportive à leurs yeux. Comme la 750, elle ne sera produite qu’une année.

La Daytona 1200

La 1200 Daytona arrive sur le marché en 1993, mettant à la retraite la 1000. Elle en reprend le moteur à quatre cylindres en ligne. Les 182 cm³ supplémentaires sont obtenus en augmentant la course de 10 mm. La puissance augmente elle aussi et annonce 141 chevaux. Elle se présente comme une alternative intéressante face aux 1000 CBR F ou autres Kawasaki ZZR. Côté esthétique, elle partage la même identité la 900. Sa commercialisation prend fin en 1997.

En 1999, Triumph ressuscite la 1200 Daytona dans une série spéciale limitée à 300 exemplaires.

La Daytona 675 2009, un bijou

Malgré toutes ses grosses cylindrées, celle qui obtient toujours le succès c’est bien là Daytona 675 qui a été déclinée en plusieurs versions : Daytona 675 2008, Daytona 675 SE, et la dernière née la Daytona 675 2009. Première moto trois cylindres dans la catégorie très exigeante des supersports 600 cm3, la Daytona 675 est La référence. Dans les caractéristiques de ce modèle La Daytona 675 2009 est encore améliorée grâce à de nouvelles suspensions avant et arrière entièrement réglables qui permettent au pilote d’ajuster séparément l’amortissement à vitesse lente et à vitesse rapide. Pour l’élaboration de cette moto qui retrouve une forme So British

Par rapport aux 600 et 650 Daytona qui étaient plus difficiles à distinguer par rapport aux concurrentes Nippon. Les phares en forme de boomerang lui donnent un air agressif. Une sportive cent pour cent que les amateurs de belles mécaniques aiment bien prendre le guidon, la version 2010 va lui succéder avec de nouvelles adaptations. Sans oublier les Triumph Speed Triple, Sprint et Tiger...

Les plus

  • Triumph a su faire évoluer la gamme. - La Daytona 675 2009, une moto qui se distingue. - De belles performances sportives.

Les moins

  • Triumph n'a pas toujours su mettre ses modèles en valeur comme la 750, ou la T595. - Le prix de la dernière née.
La Daytona 675 2010, nouvelle version
Lire la suite